Header Graphic
Formations Continues Kiné
AFCA Formation
 

Formation Kiné Respiratoire: Bronkinou

 

 

Une séance de  kinésithérapie respiratoire composée  d’augmentation du flux expiratoire associé à des aspirations nasales aest elle plus bénéfique que des aspirations nasales seules ?

Un essai clinique randomisé, contrôlé incluant 496 patients en kiné respiratoire  a été réalisé en multicentrique, dans 7 services pédiatriques français.
Populations:Les participants étaient des enfants âgés de 15 à 24 mois, hospitalisés pour un premier épisode de bronchiolite.
Critéres inclusion: au moins l’un des critères cliniques suivant, dans les 1ers 24 heures, pour être inclus :
sévérité, épisodes de cyanose ou d’apnée, fréquence respiratoire > 60/min ; saturation hémoglobine en oxygène < 95%, ration alimentaire < au 2/3 de la ration journalière.
Méthodes:Deux groupes ont été constitués par tirage au sort. Le groupe expérimental recevait un traitement de kinésithérapie respiratoire ( augmentation du flux + toux) associé à des aspirations nasales.
Le groupe contrôle avait uniquement les aspirations nasales.
Dans les deux cas, le traitement était réalisé 3 x / jour.
 
 
Concernant l’effet principal de la kiné respiraToire a été évalué par le temps de guérison des enfants.
Les effets secondaires tels que la bradycardie, le vomissement, le déséquilibre respiratoire, l’hypotonie étaient également consignés.
 
Résultats :pas de différence entre les deux groupes (kiné respiratoire et accéleration du flux expiratoire) en durée de récupération (médian 2.31, [95%CI 1.97-2.73] VS 2.02, [95%CI 1.96-2.3]). Les effets secondaires sont plus fréquents pour le traitement de kinésithérapie respiratoire (bradycardie, vomissement).
 
Conclusion des auteurs
Les résultats de l’étude ne permettent pas de recommander une utilisation systématique d’un traitement de kinésithérapie respiratoire associant des manœuvres d’augmentation du flux et stimulation de la toux chez des enfants hospitalisés pour un épisode aigu de bronchiolite.

 
Commentaires: alors la rééducation respiratoire pour les bonchiolites ne sert elles plus à rien?Cette étude ne vas pas en faveur des kinésithérapeutes, mais d'autres recherches scientifiques valident nos accélerations de flux expiratoires.Il me parait un peu tôt pour en tirer des enseignements d'autant plus que le kinésithérapeutes intervient en tant qu'expert et outre l'accélération du flux, il ventile le bébé, nettoie les voies aériennes et reste capable de juger l'évolution de la bronchiolite!
 

Référence de l’étude :
Gajdos V, Katsahian S, Beydon N, Abadie V, de Pontual L, Larrar S, Epaud R,
Chevallier B, Bailleux S, Mollet-Boudjemline A, Bouyer J, Chevret S, Labrune P.
Effectiveness of chest physiotherapy in infants hospitalized with acute
bronchiolitis: a multicenter, randomized, controlled trial. PLoS Med. 2010 Sep
28;7(9)

 

 

  Le texte en francais etude bronkinou